Heineken LFW 2018 | Ce qu’il faut retenir.

Featured

Ça y est, la semaine de la mode à Lagos s’achève. Une semaine de folie, de gros retards, mais aussi d’incroyables créations. Afin de présenter le vestiaire printemps été 2019, la Lagos Fashion Week offre une plate forme qui anime le secteur de la mode nigérian et ultimement africain. En réunissant acheteurs, consommateurs et médias pour visualiser les collections actuelles de designers lors d’un événement de quatre jours dans la capitale de la mode, Lagos, au Nigéria, LagosFW se positionne en tant qu’événement phare dans le calendrier de la mode africaine. Un show qui montre la voie à travers des initiatives qui soutiennent, renforcent et développent l’industrie de la mode.

Au-delà du show, l’événement annuel fournit une plate-forme physique qui repositionne progressivement la mode en tant qu’outil utile pour le commerce et la créativité locale.

Types d’activités durant cette semaine :

– Défilés et présentations sur catwalk des collections de la nouvelle saison de designers;(Printemps / Été 2019)

– Fashion Focus Africa : Initiative de découverte de talents qui crée un accès au Fashion Focus Funds, au transfert de connaissances, à un échange d’informations, à des opportunités de mise en relation ainsi qu’un accès au marché;

-Fashion Business Series pour faciliter les conversations avec les acteurs clés des industries nigérianes et panafricaines et au-delà, en tant qu’outil utile pour échanger des idées, créer des réseaux et développer l’industrie de la mode.

– Green Access : Découverte de talents avec une vision visant à encourager les designers à créer des marques de mode sociales, économiques et durables sur le plan environnemental.

-Visual Makers Fellowship : Créé pour donner aux cinéastes et photographes en herbe des ateliers et des classes de maître.

-Lagos Fashion Week Focus : qui nous donne accès à nos marques préférées.

– After party – L’occasion de découvrir la vie nocturne de Lagos et de rencontrer les plus grands créateurs d’Afrique dans un environnement détendu.

Si cette année marque 1 fois de plus le succès de la semaine de la mode, je me permets tout de même de constater moins d’entrain que les années précédentes, mais surtout un retard magistral qui a franchement pénalisé le côté agréable de la chose. Non pas une heure, ni trois heures, mais plus de cinq heures de retard sur le lancement des shows qui a finalement rendu le public démissionnaire, impatient, peu actif et surtout pas mal saoulé du manque d’organisation magistral dont à fait preuve le comité d’organisation. Je pense également en toute honnêteté que cette année, ils n’ont fait aucun effort de marketing (par prétention si vous souhaitez mon avis sincère et peut-être également par manque de budget). En effet, ils pensaient que les réseaux sociaux ainsi que le bouche à oreilles suffiraient à faire décoller l’envie d’y assister. Erreur. Conséquence, la grosse partie de la clientèle ainsi que du public, n’était pas au courant de l’événement, ni du lieu, et encore moins du programme. Résultat des courses, des salles à moitié vide en début de show, et bien trop pleine quelques heures plus tard pour pouvoir accueillir tout le monde comme si le message de « je suis à la fashion week viens » prenait toute son ampleur. Fortement déçue de l’organisation cette année.

C’était le gros carton rouge de cette saison. En revanche, afin de contraster avec ces nuages noirs, nous avons eu l’avantage de voir de nouvelles marques faire leurs premiers pas sur le runway.

Si Elie Kuame (Côte d’Ivoire) était le seul francophone à se produire l’an passé, Adama Paris (Sénégal) ainsi que Tongoro (Sénégal) y ont fait leurs entrées fort remarquées pour ce Printemps Été 2019.

Fruche, DNA by Iconic Invanity, TTYA, Tokyo James, Eki Orleans ou encore Anyango Mpinga ont fait bonne impression sur le runway. Quant aux habitués et gros noms de l’industrie du textile Naija tels que Style Temple, Mai Atafo, Moofa ou encore Maxhosa, ils ont excellé comme chaque année, acclamé par un public averti.

Félicitations à la CEO et FOUNDER de tout le projet : Omoyemi Akerele. Dame d’une incroyable simplicité et grande visionnaire de ce qu’est l’industrie du textile et de la mode africaine et comment faire décoller la renommée international ainsi que les vente. En invitant des média clefs internationaux tels que les rédacteurs en chef de Vogue, Bof, Times etc… Elle s’assure de cimenter le lien outremer.

Merci à Heineken de miser si grand sur des événements locaux mettant en valeur les talents du continent et de le faire avec la même énergie chaque année. Je n’aime pas la bière (je ne sais même pas exactement quel est son goût puisque ça fait bien 15 ans que je n’en ai pas gouté) mais j’adore Heineken pour son initiative. D’ailleurs, la marque reste dans le top of mind des marques de bières que je pourrais mentionner si on me le demande.

Grand bravo à Maybelline (L’Oréal), qui reste fidèle à la mode Made In Africa, et qui, depuis bien des éditions magnifie les mannequins qui défilent. Miser sur l’Afrique est un merveilleux choix et, prendre Bimpe Onakoya (nigériane) comme Senio Make Up Artist mais aussi Directrice Artistique de la marque, renforce simplement cette envie d’inclusion du groupe au coeur des activités locales.

Tous les autres partenaires que je n’ai pas mentionné ont bien entendu été déterminants durant l’événement et je dois bien à Feyrouz quelques remerciements tellement je me suis enfilé des verres de ce bon jus pétillant. Enfin… De façon générale, bravo une année de plus pour ce show qui va sur sa 8 ième édition. En espérant que les erreurs de cette année soient les points prioritaires de l’année prochaine.

Voici sans plus attendre des looks et créateurs préférés vu lors de la HeinekenLFW 2018. N’ayant pas encore toutes les photos officielles, je partage quelques pièces de collections Printemps Été 2019. Cependant, j’attends les photos de Tongoro, Style Temple ainsi que Mai Atafo.

**Photo Credits: Kola Oshalusi (Insigna).

ANYANGO MPINGA

Anyango Mpinga

MAXHOSA BY LADUMA

Maxhosa by Laduma

NACK

Nack

SISIANO

Sisiano

MOOFA

Moofa

RUSSEL SOLOMON

Russel Solomon

ELIE KUAME

Elie Kuame

TOKYO JAMES

Tokyo James

EKI ORLEANS

Eki Orleans

DEOLA

Deola

ADAMA PARIS

Adama Paris

UGO MONYE

Ugo Monye

EJIRO AMOS TAFIRI

Ejiro Amos Tafiri

TTYA

TTYA

MAYBELLINE

Maybelline

2 Responses
  • Louise Pascale
    octobre 30, 2018

    Oula…. Vanessa.
    Encore un article que j’ai dévoré.
    Merci de nous avoir fait vivre cet évènement en ta si belle compagnie et surtout de nous présenter une Afrique qui gagne.
    J’ai découvert pas mal de marque grâce à ton compte Instagram durant cette fashion week mais tu m’as fait rire plusieurs fois avec cette façon décalée d’être qui te correspond si bien.
    Je me prépare à passer ma première commande dans l’une des adresse que tu nous as fait découvrir et je sais déjà que je serai conquise.

    Merci.

    • V.
      octobre 30, 2018

      J’en ai fait une passion au début et maintenant ça devient une réelle mission (à mon échelle) que de servir de plateforme de relais et découverte pour mon continent. Ma ligne éditoriale prend des airs du Sud…

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.