L'homme qui a 100 orgasmes par jour : un cas très rare (voire unique) chez les hommes.

by

Après la femme aux 50 orgasmes par jour vu dans un précédent article, je vous présente :  Dale Decker, un américain de 37 ans, qui aurait jusqu’à 100 orgasmes par jour. Mais il n’en tire aucun plaisir : il souffre du syndrome d’excitation génitale persistante. Une pathologie bien connue chez les femmes, mais peu, voire pas du tout, chez les hommes. Décryptage d’Antoine Faix, responsable du comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’Association française d’urologie.

7371412165278[1]

Cet homme dit souffrir d’un syndrome d’excitation génitale permanente. Or, selon la littérature scientifique, ce dernier ne concerne que les femmes.

C’est la première fois que j’entends parler d’un homme ayant des orgasmes spontanés répétés. En général, lorsqu’un médecin découvre un cas exceptionnel, il le décrit à travers ce que l’on appelle un « case report », qui signale et détaille les symptômes, signes et diagnostics rares. Or, en interrogeant la littérature scientifique, je n’ai rien trouvé à ce sujet.

Un syndrome bien connu chez les femmes

Il n’existe, chez l’homme, aucun cas décrit d’excitation sexuelle persistante. Celui-ci est par contre bien connu chez les femmes. Il peut être dû à plusieurs causes diverses : pharmacologiques iatrogènes, hormonales, neurologiques, cérébrales ou psychiatriques.

Le rédacteur de l’article lu sur OBS dit avoir rencontré, une fois, une femme qui avait des orgasmes répétés à cause d’une tumeur cérébrale.

Les traitements de ce syndrome dépendent des causes. On peut faire une modification ou une suppression thérapeutique, ou modifier les traitements hormonaux… On teste par ailleurs souvent de façon empirique les antidépresseurs, connus pour être à l’origine de dysfonctions sexuelles et d’une baisse du plaisir et de troubles de l’orgasme.

Chez l’homme, on connaît surtout des cas de priapisme

Chez l’homme, on ne connaît pas ce phénomène. Par contre, le priapisme permanent d’origine artérielle est décrit et rencontré par les urologues. Cette pathologie diffère toutefois du syndrome d’excitation : lors d’un priapisme, il y a une érection permanente, pouvant parfois durer plusieurs semaines à plusieurs mois, mais pas d’excitation ni d’orgasmes répétés.

La première réaction de ces hommes est d’essayer d’éjaculer, mais l’érection persiste malgré les éjaculations et orgasmes répétés.

0

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *