JOSÉPHINE BAKER: Le Tumulte Noir.

by

Ce diaporama nécessite JavaScript.

JE VOUS PARTAGE UN ARTICLE QUE J’AI RÉDIGÉ À MON STAGE SUR LA MERVEILLEUSE: J.B! BONNE LECTURE.

JOSÉPHINE BAKER: LA PANTHÈRE NOIRE

Entre scandale et succès.

C’était la plus belle panthère, révélée au cours des années folles, la première star noire de tous les temps, venue de New York pour réveiller les scènes fatiguées de Paris.

Elle était l’incarnation du modernisme primitif en chair et dénudée. C’est à partir de la controverse perpétuelle qu’elle façonna son rôle de libératrice de la sexualité féminine. Moderne, affirmée, et résolument provocante, elle contribua elle même à une révolution des mœurs en les portant comme symboles.

Une entrée sur scène dans une lumière crépusculaire, presque silencieuse et rampant tel un félin attendant sa proie, ou encore, la réalisation de la « danse sauvage », danse d’accouplement, accompagnée d’une ceinture de bananes les seins à l’air :  c’est la Baker que l’on connait!

Etourdissante et déroutante, le lendemain de son premier spectacle, le Tout-Paris est conquis. Etait chargé de la création de la revue Paul Colin, un jeune affichiste réputé, qui avait fait de sa fascination pour Joséphine Baker : Le Tumulte Noir.

Elle avait un corps aux proportions idéales, avec ses hanches généreuses, sa poitrine cerise, ses cheveux noirs coupés courts, plaqués et ondulés, Joséphine a su lancer la tendance !

Si il est vrai que personne n’a jamais nécessairement pensé à avoir son « Chiquita », le léopard de la belle, qui n’a jamais voulu danser le charleston ou s’habiller ainsi ? Pour Sinatra il y avait « New York New York», pour Baker il y a eu Paris. On retrouve d’ailleurs son amour pour la capitale dans une de ses chansons : « J’ai deux amours, mon pays et Paris… ».

Elle était tombée amoureuse de la ville où la liberté des mœurs prônait sur l’hypocrisie des sociétés américaines à cette époque. Paris a séduit cette artiste au destin sans équivalent, qui a fini par y faire sa vie. Si certains la trouvaient obscène, démoniaque, et à l’âme égarée, d’autres la caractérisaient comme une femme entraînante,  spontanée, captivante et engagée.

Oui, au delà de la partie « spectaculaire » de son existence, Joséphine Baker s’est illustrée par son courage dans la lutte contre le racisme et son engagement à la résistance lors de la seconde guerre mondiale aux côtés de la France.

Nous ne pouvons qu’être admiratifs face à la revanche individuelle et collective d’une femme fascinante, à l’enfance aussi pauvre que difficile, qui a fini par combler tout au long de sa vie, les plus grandes salles de spectacles sans équivoque : la belle Joséphine.

0

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *