Amélie Gosselin & Les dessous du concours Miss Isère

by
Amélie Gosselin, 21 ans, originaire des Avenières, a été élue Miss Isère 2011.

C’est Valérie BègueMiss France 2008, et présidente du jury qui a posé la couronne sur la tête de la belle Miss.

Arrivée 1ière dauphine au concours Miss Rhône Alpes, Amélie n’a pas eu la chance de se présenter au concours Miss France mais nous laisse l’occasion à travers cette interview d’en savoir d’avantage sur ses impressions, ses plus beaux moments, ses secrets beautés mais également les dessous du concours!!

Qu’est ce qui vous a motivé à participer à ce grand concours Miss France?
Depuis toute petite, j’ai toujours rêvé devant ma Télévision, et toujours été en admiration de toutes ces jeunes femmes pleine de beauté et de grâce.

 

Pourtant, bizarrement, je n’étais pas très coquète, et je n’ai commencé à me maquiller et à soigner mon apparence qu’à l’âge de 17ans, ce qui m’a permis de prendre un peu confiance en moi. Ce n’est qu’en Novembre 2010 que j’ai fait mon premier concours de beauté, quand je suis tombée par hasard sur l’annonce de l’élection de Miss Franceorganes, une élection organisée pour une noble cause : celle du don d’organes. J’ai tout de suite eu envie de me présenter à ce concours « pas comme les autres » avec l’envie de décrocher la couronne de Miss et de pouvoir ainsi représenter l’association. Je n’ai reçu que le titre de première Dauphine, mais j’ai fait la merveilleuse rencontre de Sophie Girard, présidente du Comité Miss Isère, avec qui le courant est très bien passé, et qui m’a tout de suite poussé à me présenter à l’élection de Miss Isère.

 A cette époque là j’hésitais beaucoup, par manque de confiance, par peur du regard des autres… et puis je me suis laissée convaincre par Sophie, et j’ai tenté l’aventure. Le 19 Février 2011, je suis couronnée Miss Isère 2011, le début d’une très belle aventure. Aujourd’hui je sais qu’on ne peut pas imaginer cette expérience sans la vivre. Beaucoup de gens parlent sans savoir, et vont jusqu’à dénigrer les miss et leur rôle. Pourtant, être miss est vraiment une expérience que je souhaite à toute jeune fille qui, avant d’être passionnée par la mode, est passionnée par les relations humaines. J’ai eu certes, l’opportunité de rentrer au sein d’agences de mannequins, de défiler pour de très grands noms de la mode, mais j’ai surtout eu la chance de faire des rencontres extraordinaires à tout point de vue, de donner de mon temps à des associations caritatives… Cette aventure m’a fait grandir, m’a beaucoup appris sur moi-même, être miss c’est avant tout une aventure humaine, qui m’a ouverte aux autres.

Combien de représentantes pour le département de l’Isère concouraient avec toi ?
Nous étions 14 à concourir au titre départemental. Au final, 6 filles ont reçu une écharpe, mais seulement les trois premières obtenaient leurs places pour concourir au titre suivant, la « demi-finale » Miss Dauphiné. Le 01 Octobre dernier j’ai reçu le titre de première Dauphine de Miss Dauphiné, qui m’a permis d’accéder à la finale, Miss Rhône-Alpes, où j’ai fait la rencontre des plus belles filles de la région, issues elles aussi des demi-finales de Miss Rhône-et Miss Pays de l’Ain. 

Après avoir remporté Miss Isère et être arrivée 1ière Dauphine de Miss Dauphiné et 1ère Dauphine de Miss Rhône Alpes quel est votre sentiment?je vous sens émue… 

Je n’ai aucun regret, car à chaque fois, j’ai donné le meilleur de moi-même. Je n’ai aucune honte à dire que j’aime la compétition, et que j’y suis toujours allée à fond. Pour moi une élection de miss est quelque part un peu semblable à une élection politique : savoir se faire son public, qui a une grande part dans le vote final, savoir conquérir le public que l’on ne connaît pas le jour-même, et à la foi avoir l’esprit de compétition, être ambitieuse, originale, avoir de l’assurance, tout en gardant les pieds sur terre bien sûr… !

Nous avons vu sur le web que vous étiez la préférée du jury ainsi que du public pensez vous qu’il y a eu à un certain moment de la compétition une injustice ? 

 J’avoue avoir été frustrée. Si près du but qui ne l’aurait pas été? Juste avant que je ne remonte sur scène pour l’annonce des résultats mon côté optimiste me poussait  à garder espoir. Malheureusement, je ne fus pas élue, et ma déception fut immense. En ce qui concerne le choix du public ou du jury (je ne souhaite pas rentrer dans les détails de cet aspect du concours)… je sais pertinemment que je ne saurais jamais la vérité, je préfère ne pas m’attarder d’avantage. 

Toutefois, je sais que le titre de 1ère Dauphine n’est pas rien, et j’en suis aujourd’hui ravie ! Et puis, je crois beaucoup au destin, je me suis dit que ce n’était pas mon tour. Et comme le dit le dicton «quand une porte se ferme, une autre s’ouvre ailleurs »

Miss Rhône-Alpes votre concurrente n’est pas passé au 1ier tour est ce un hasard ou le Karma?
Cindy avait pour moi le mental nécessaire pour Miss France, qui à mon avis est une aventure plus difficile qu’on ne l’imagine.
Les Miss apprennent à se connaître, s’amusent, visitent et posent pour les magazines, mais elles travaillent aussi très dur pour réaliser un gala à la perfection, il y a une certaine pression, il faut avoir une force de caractère, une résistance physique aussi pour tenir le coup, être toujours au top malgré la fatigue. 

Le choix des 12 finalistes se fait durant le séjour, par un jury. Je fus très étonnée que Cindy ne passe pas le premier tour, car je la voyais aller plus loin grâce à sa détermination et sa force de caractère. Cela dit je pense que c’est déjà une immense victoire que d’en être arrivée jusque là.

Que pensez-vous de Miss Alsace, la Miss France de cette année 2012 ? Je l’adore ! Je reconnais qu’elle n’était pas dans mes favorites au début, mais elle s’est montrée pétillante, radieuse lors du gala Miss France… Mon âme d’enfant lui trouve une petite ressemblance avec le personnage d’Ariel, la magnifique petite sirène qui m’a émerveillée étant petite. (rires) ! 

Je trouve que la France est une fois de plus très bien représentée. Je pense qu’une Miss est censée représenter la femme, et la beauté de la femme se trouve dans le naturel, la fraicheur, la grâce… Tout ce que Delphine possède à mes yeux… Je lui souhaite d’aller loin, de s’épanouir durant cette belle année qui s’ouvre à elle !!!

Y a t-il vraiment une bonne ambiance dans les coulisses des Miss ?

Il est difficile de répondre à cette question. (rires) Cela dépend. Il m’est arrivé une fois de concourir dans de mauvaises circonstances, c’est-à-dire dans une atmosphère où la compétition se fait sentir si fort, qu’elle passe par la jalousie, la méchanceté. Mais la plupart du temps il y a quand même un bon esprit de groupe, les filles s’entraident et s’éclatent ! C’est le cas pour la préparation du gala de Miss Rhône-Alpes où je n’ai jamais autant ri de ma vie!  Les filles étaient superbes, à tout point de vue !!!  

Sylvie Tellier ou Geneviève de Fontenay ? Pourquoi ?

 

A vrai dire, lorsque je me suis présentée au concours de Miss Isère, je n’étais pas encore au courant de la cession du titre « Miss France » de Geneviève de Fonteny à Endemol. Je l’ai su durant la préparation du gala, et j’ai donc accepté de concourir pour le concours d’Endemol.
Je n’ai pas eu la chance de connaître Geneviève de Fontenay, et je ne souhaite pas prendre partie sur ce sujet.

D’avoir rencontré certaines anciennes Miss France notamment Valérie Bègue et Laury Thilleman, d’avoir baigné dans le monde des Miss et tout cela marrainée par Sylvie Tellier vous donne de la suite dans les idées ? Comptez vous vous représenter l’année prochaine ?

J’ai adoré mon expérience dans le monde des Miss et mes rencontres avec les personnes de ce milieu, pour qui j’ai beaucoup de respect.
Mon aventure s’est arrêtée à Miss Rhône-Alpes, mais je ne regrette rien et je souhaite poursuivre dans le milieu de la mode, avant tout pour le plaisir. Et puis je suis toujours « l’ambassadrice » de l’Isère jusqu’à ma remise de titre en Février, et toujours miss jusqu’à la remise de toutes mes écharpes, soit jusqu’en Octobre prochain ! (rires)
Je n’ai pas l’intention de me représenter pour le moment même si j’ai encore le temps d’y réfléchir, je suis satisfaite de mon parcours. Je peux dire que pour la première fois, je suis fière.

Quel est votre plus beau moment au cours du parcours ?

Le jour où j’ai reçu le titre de Miss Isère, je fus très très émue.
Mes plus beaux souvenirs sont ceux à la rencontre des gens. Je me souviendrais toujours du Comice Agricole, et du Téléthon, deux manifestations inoubliables, dont je garde de magnifiques souvenirs, auprès du public et avec les organisateurs et mon comité.


Quel est votre secret beauté ?
J’essaye d’avoir la meilleure hygiène de vie possible. Je ne bois pas, je ne fume pas, j’essaye de manger au mieux même si mon rythme de vie et mon insatiable gourmandise me font beaucoup défaut. Il est important de faire du sport, et si l’on manque de temps il y a des exercices très simples à réaliser chez soi au quotidien. La marche est aussi excellente pour garder la forme !
D’autre part, je prends soin de moi, 
ayant une peau sensible, j’utilise majoritairement des produits de beauté bio. 


Allez une anecdote ou un détail croustillant… un gossip quoi !!
Pour l’anecdote, voici mon pire souvenir : une compétition internationale de moto et de camions où l’on m’avait conviée pour remttre des titres. Je m’attendais à quelque chose de très classe… Je suis arrivée en hauts talons (heureusement j’avais mis un pantalon), bilan : il y avait de l’eau et de la gadoue sur tout l’espace, et des fréquentations douteuses, où nous nous sommes faites regardées de manière insoutenable et même insultées… Je n’avais qu’une envie c’était partir, nous n’étions vraiment pas à notre place !

J’aimerais juste rappeler que les miss sont des êtres humains comme tout le monde ! Certains nous idéalisent, d’autres nous critiquent à tout va. Pourtant nous sommes comme tout le monde, nous mangeons, buvons, allons aux toilettes, dormons, réfléchissons, bref nous vivons !

Si tu devais choisir la préférée de tes Miss France depuis le début des concours Miss france (toutes générations confondues) ce serait laquelle et pourquoi?

J’ai adoré Laurie Thilleman (je reconnais que c’est aussi celle à laquelle je me suis le plus intéressée puisque je suis rentrée dans le monde des Miss la même année) parce que c’est une fille vraie, spontanée, naturelle. Elle n’en fait pas trop, elle est accessible, rigolote, belle. Elle manquera aux français… 

Merci Amélie Gosselin: Miss Isère 2011 pour cette interview et bon courage pour la suite. 
à bientôt…

 

0

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *