Note de service pour cette année 2019

Featured

Salut les Muses et belle année 2019.

Je sors de 2 bonnes semaines de vacances sur les plages de l’océan indien… J’ai vécu cette fin d’année (et début pour la même occasion), dans les eaux bleus turquoises, le sable blanc et le soleil seychellois !

Je vous passerai les messages lourds et longs qu’on a pu vous souhaiter durant toute cette semaine à base de : belle année, prospérité, santé, argent etc… Tous les copier-coller que vous avez reçu par vos proches, je vous laisse les digérer tranquillement. Je suis d’ailleurs en train de fermer toutes mes fenêtres whatsap qui me font regretter de ne pas avoir changer ma photo whatsap en « éviter de partager vos chaînes sur nos conversations »….

Bref on ne va pas jouer les relous, on va économiser du temps !

Je commencerai mon article par cette note de service : mon blogue prendra une tournure rédactionnelle un peu moins beauté (de façon générale), sans doute plus orientée mode par moments mais surtout expression.

En effet, j’ai souvent beaucoup de choses à dire que je ne mets pas sur papiers, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, sans doute la flemme. Mais je me suis dit, 2019 pourrait sans doute me motiver à écrire davantage ce qui me passe par la tête, ou tout simplement ce qui me reste en travers de la gorge. La nouvelle année à toujours cela de trompeur, on se dit qu’on fera mieux les 365 prochains jours et puis…. la vie reprend.

Vous connaissez déjà la femme qui est derrière ce texte (moi). J’aime dire les choses comme elles sont ou alors comme je les ressens… LE « trop parfait » n’est pas mon créneau… Je m’en fiche pas mal et si il fallait choisir, je suis bien trop attachée aux résultats de mes erreurs pour les laisser partir sans un combat !

Cette note de début d’année ne sera donc pas pour vous remettre les pendules à l’heure, ni même pour vous parler de vos futures résolutions. Elle est faite pour vous donner le courage d’embrasser votre zone grise. Celle que tout le monde connaît : la « grey area ».

Je vous jure quand je dis les choses j’entends presque ma mère grincer des dents… Mais elle a tout de même été la première à me dire « vos enfants ne vous appartiennent pas ». En conclusion, je suis mon propre mouvement de pensée…

Voyez-vous, lorsqu’on est enfant on nous apprend le bien, le mal, le bon, le mauvais, le beau, le laid, le juste, l’ignoble… Mais cette ligne entre deux qui nous fait tant culpabiliser lorsqu’on la traverse, on ne nous l’apprend pas ! Cette zone trouble est celle que j’appelle la « zone grise »…

On merde fort, et on culpabilise encore plus pourquoi donc ? Il faudrait arriver à voir dans vos erreurs, non pas des échecs mais des expériences. On nous format dès le plus jeune âge (sans doute à raison, afin de bien discerner le bien du mal) à nous dire « ça c’est bien fait, j’ai réussi », « ça c’est mal fait, j’ai raté »…. le « c’est mal fait j’ai réussi », « c’est mal fait tant mieux », « je ne veux pas bien faire » etc…, On ne nous l’apprend pas ! On l’apprend sur le tas ! Du moins, pour ceux qui veulent embrasser leurs authenticités au maximum, bien faire est une belle option mais foirer est aussi une très belle opportunité, l’un n’apprend rien sans l’autre…

Moi ça y est, il y a bien longtemps que j’ai embrassé ma grey area et je vais vous dire une chose, j’aime fort cette zone que je compte bien préserver. Elle me donne du temps, la place de me tromper, d’assumer mes choix ou de ne pas les assumer mais clairement, de m’y amuser. On déstresse mesdames et messieurs, et on profite de la vie !

La conviction de penser qu’il n’y a qu’une bonne façon de faire les choses devrait être de l’histoire ancienne. Il y a plusieurs façons de faire les choses…

Cela vous arrivera de blesser vos proches et d’être blessé.e.s. Oui, même cette année…Pauvre 2019 qui pensait arriver à mater vos imperfections…

Affirmer ses choix sans donner d’explications ni rendre de comptes demande du temps ou parfois se fait de manières abruptes mais, sachez-le, toutes vos bonnes ou mauvaises décisions finissent par vous servir en bien ! N’ayez plus peur de l’inconfort et ne soyez pas dérangé.e.s par vos propres envies ! Comme dirait l’autre, « il n’y a qu’en se plantant que l’on arrive à savoir quelles terres sont fertiles…

2019 doit ouvrir les portes à vos curiosités, vos lancements, vos envies peu assumées jusqu’à lors… Cette petite honte qui réside entre ce qu’on vous a enseigné, ce que vous savez être mieux et ce que vous voulez réellement faire doit disparaître… Ni nettoyage de printemps, ni rupture avec votre passé mais tout simplement, dans la continuité de qui vous êtes.

Comprenez que rien n’est linéaire et cessez de vouloir colorier sans dépasser les bords d’un tableau qui n’était déjà pas le vôtre. Que les gens qui aiment faire semblants restent sur la décalcomanie du petit livre rouge posé sur la table de leur chevet. Pour les autres, il y a la zone grise…

Alors pour 2019, je ne vous souhaite rien ! Trouvez votre route toutes et tous seul.e.s.

Après tout, ne dit-on pas que tous les chemins mènent à Rome ?

 

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.